Enfance - Adolescence

Au début des années 80, la série télévisée « Papa-Poule », incarnée par Sady Rebbot, rencontra un honnête succès.

Elle abordait un thème novateur dans une époque où le nombre de divorces s’accroissait.

À la figure paternelle plutôt sévère et peu présente au foyer commençait à succéder des pères plus impliqués dans l’éducation de leurs enfants, ce qui au demeurant constituait une avancée formidable. Le fonctionnement de la famille se transformait alors, avec un nouveau style éducatif.

Malheureusement, on observe aujourd’hui de plus en plus de pères dont le mode de fonctionnement, vis-à-vis de l’enfant, s’inscrit directement dans le prolongement de celui de la mère.

Psychanalytiquement parlant, le rôle du père demeure crucial dans le schéma œdipien : il a pour fonction de « décoller l’enfant de sa mère ».

En maternant de façon excessive, le père renonce inconsciemment à son rôle et empêche/limite la défusion archaïque/symbiotique avec la mère, dont le lien initial est basé sur la jouissance (la satisfaction) immédiate des besoins de l’enfant.

Ce type de père incarne symboliquement une (seconde) mère (de substitution). Même si cela semble très gratifiant, ces pères renoncent pourtant à poser les limites et les interdits nécessaires, dès le plus jeune âge.

Les conséquences directes s’observent dans le fait que l’enfant ne peut correctement apprendre à gérer le manque, à accepter l’impossibilité d’obtenir ce qu’il souhaite, dans l’instantanéité.

La frustration, souvent présentée de façon très péjorative, s’avère pourtant un mécanisme essentiel dans sa construction. En différant sa satisfaction immédiate lorsqu’elle est nécessaire, l’enfant apprendra à réfléchir et utilisera le langage pour exprimer ses besoins.

 

Lorsque le processus se déroule normalement, l’enfant devient progressivement capable de remplacer la jouissance immédiate par le désir.

Dans le cas inverse, on prépare le terrain à de futurs comportements inadaptés où l’autre et ses besoins n’ont pas leur place. Ce qui pose de très sérieux problèmes pour une vie en société.

Pour que cela fonctionne, il faut que la mère puisse accepter cette défusion, en laissant au père la possibilité de prendre sa place. Mais également que le père souhaite exercer pleinement son rôle.

La tâche risquera de se complexifier lorsque les parents sont séparés, voire lorsque les figures de substitution que constituent les « beaux pères » et «belles mères » rentrent dans la danse.

En réalité, c’est un magnifique cadeau que l’on fait au petit garçon d’accompagner cette défusion. En «perdant» sa mère, première femme de sa vie, il «gagne» potentiellement toutes les femmes du monde.

Dans une société devenue hyper matérialiste et consumériste, où l’instantanéité grâce aux « iMachins » devient reine, c’est aussi un sérieux atout que l’on offre aux enfants de savoir gérer leurs envies, leurs besoins, la relation avec l’autre, bref l’altérité.

Abonnez-vous gratuitement à la liste de diffusion de mon blog.


Articles similaires

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Conditions Générales d'Utilisation