Stress - Dépression
Christophe Pichon, Psy et Sexothérapeute, vous reçoit à Paris.
Pixabay - CC0 Public Domain

Parmi les centaines de milliers de militaires américains revenant d’Irak, d’Afghanistan et d’autres zones de combat, on estime que 300.000 d’entre eux souffrent du Syndrome de Stress Post-Traumatique (S.S.P.T.).

Il s’agit d’une forme de trouble anxieux sévère, faisant suite à un événement particulièrement traumatisant sur le plan psychologique.

Ce trouble est conséquent à une situation où l’intégrité physique et/ou psychique du sujet a été menacée et/ou atteinte. La personne qui en est victime a vu ses capacités d’adaptation psychiques "débordées" face à la situation.

Pour des militaires en opération, l’on pense naturellement à des situations sur un théâtre de guerre. Mais pour des civils, il peut s'agir d'un accident, de violences physiques, d'un viol, d'un attentat, d'une agression… Même un témoin peut en être victime.

Dans la pratique, cela se traduit par un niveau de vigilance élevé, une obsessionnalité, une qualité de sommeil dégradée, du stress, de l'irritabilité, pouvant aller jusqu'à la dépression ou de la violence et même à l'extrème des conduites pathologiques.

 

Comment soulager le S.S.P.T ?

La première prise en charge de ce syndrome est souvent réalisée par  le biais de la pharmacologie, en utilisant des anxiolytiques et des antidépresseurs. Cela permet de ramener le sujet à un niveau acceptable de stress, mais l’on sait que ce n’est pas en  supprimant les manifestations du problème qu’on le fait disparaître.

Un travail thérapeutique du type comportemental (T.C.C.) peut être efficace à ce stade.

 

L’E.F.T.  et le Syndrome Post-Traumatique :

A la fin des années 90, une « nouvelle » technique est apparue dans la panoplie utilisée pour soulager les anciens militaires américains, nommée E.F.T. : Emotional  Freedom Technic.

Mise au point par Gary Craig aux USA,  elle entre dans la catégorie des thérapies dites «énergique». Elle se définit comme une  technique de libération cognitivo-émotionnelle.

Pour faire simple, le principe consiste à décorréler  l’événement traumatisant de la charge émotionnelle qui lui est associée.

On en imagine facilement les bénéfices que ce soit dans le monde  civil ou militaire.

Cette technique, reconnue aux États Unis, fait l’objet de nombreuses recherches. Elle se diffuse progressivement dans le monde, y compris en France où l’on trouve de plus en plus de thérapeutes formés.

Ayant eu la chance de suivre ce cursus de formation, je constate régulièrement les effets bénéfiques lors d’un travail sur les traumatismes.

 

Pour en savoir plus:  Consultez le Veterans Stress Project  sur  http://www.stressproject.org

Abonnez-vous gratuitement à la liste de diffusion de mon blog.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.