Traumatismes

Une étude publiée en 2014 dans la revue Nature Neuroscience, montre, chez des souris mâles, qu'un stress intense dans les premiers jours de la vie impacte durablement la composition cellulaires de leurs spermatozoïdes, de leur cerveau et de leur sang.

On retrouve dans les générations suivantes ces mêmes modifications.

Ainsi, leur filiation qui n'a jamais subi de stress important, développent tout de même un comportement comparables à ceux de leurs parents, voire plus prononcé.

Les chercheurs de l’université de Genève ont eux aussi fait une découverte révolutionnaire. Les séquelles psychiques, lors d'abus et de maltraitances sur des humains, laissent également une trace biologique dans l'ADN,  trace que les généticiens sont parvenus à mesurer :   www.psy-paris-17.fr/blog/articles/la-trace-biologique-des-abus

 


Articles similaires

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Conditions Générales d'Utilisation