Traumatismes

Dans le langage populaire, le terme « pervers » est fréquemment utilisé pour ce qui a trait à des comportements dits « déviants » dans la sexualité.

En réalité, la perversion est une structure spécifique (c’est-à-dire une forme de personnalité) qui peut s’illustrer dans tous les domaines de la vie.

L’origine latine du mot est liée au verbe pervertere qui signifie « mettre sans dessus-dessous ». Ainsi, les pervers détournent les choses de leur vraie nature. Il y a une idée de destruction sous-jacente. Pour eux, leur seule lecture du monde prévaut sur tout le reste.

On rencontre différents types de perversions :

  • Caractérielle (Personnes violentes physiquement ou verbalement, ayant des difficultés à contenir leurs pulsions),
  • Paranoïaque (Personnes dotées d’une hyper rigidité du comportement et de la pensée. Pour se protéger, les pervers paranoïaques mettent en place des rituels. Ils restent en état d’hyper vigilance permanente),
  • Sexuelle (Personnes qui utilisent la sexualité pour détruire l’autre, mais également comme « antidépresseur ». Paradoxalement, elles ne ressentent guère de plaisir et se retrouvent « coincées » dans la répétition d’un scénario qui jamais ne les apaise),
  • Narcissique (Personnes qui s’attaquent à « l’intégrité narcissique » de leurs proies, pour tenter de construire la leur. [« Intégrité narcissique » s’entend comme confiance en soi et propre estime]. Ils agissent comme des vampires sur leurs  »gibiers ».

Derrière ces pervers narcissiques se cachent d’authentiques « prédateurs » qui font beaucoup parler d’eux depuis quelques années. En effet, l’évolution de notre société visant à survaloriser l’image de soi et la perte du regard sur le collectif, tendraient à en fabriquer en masse.

Le pervers narcissique ne souffre pas de son état. Il se délecte de la souffrance infligée à sa proie.

Mais l’aspect effroyable de cette pathologie réside dans le fait qu’il demeure parfaitement conscient de son entreprise de destruction : Il ne sait pas pourquoi il le fait, mais il le fait !

Cette pathologie demeure difficile à diagnostiquer de l’extérieur du système où elle s’exerce [couple, famille, entreprise…].

 

D’une façon plus générale, les pervers abordent une figure sympathique en société. Séducteurs, leur arme favorite reste la parole, qu’ils savent parfaitement manier pour arriver à leurs fins et tel un chat, ils retombent toujours sur leurs pieds.

A l’appui de leur structure psychologique particulière, les pervers ne ressentent aucune culpabilité dans leurs actes puisqu’ils la font porter aux autres. Leurs victimes se sentent coupables de ce qu’elles subissent, se coupent progressivement d’elles même, du monde.

Le couple est l’un des territoires privilégiés où peut s’exercer la perversion. Je vous propose de découvrir deux vidéos de 15 minutes, diffusées en Belgique, mettant en scène une femme, victime de violences psychologiques.

Habilement, ces deux courts métrages révèlent les mécanismes de l’emprise dans le couple.

FRED et marie
Marie et Fred

Pour finir, l’accompagnement des victimes est important à la fois dans la mise à distance, puis dans la réparation. Il s’agit là d’entreprendre une véritable « rééducation » pour [re] vivre.

En France existe un réseau de psy et d’associations accessibles pour se faire accompagner.

On peut citer le cas particulier de la formidable équipe qui gère le numéro d’appel 3919 de Violences Femmes Info. Leur rôle est d’écouter, informer et orienter les femmes victimes de violences, ainsi que les témoins de violences faites à des femmes

Deux chiffres pour conclure : 400 appels par jour au 3919.  1 femme meurt en France sous le joug de ces violences, tous les deux jours.

Abonnez-vous gratuitement à la liste de diffusion de mon blog.


Articles similaires

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Conditions Générales d'Utilisation